Nouvel emballage du paquet de cigarettes au Burkina : Une sortie pour une action de vérification

 

Une sortie de terrain auprès des revendeurs de cigarettes, a été effectuée dans la matinée de ce mardi 30 juillet 2019. Organisée par l’Association Afrique contre le tabac (ACONTA), cette sortie a pour objectif de recenser les industries qui ne sont pas en norme concernant la distribution de la cigarette avec la nouvelle image sur le  paquet.

Les effets néfastes de la cigarette ont des conséquences au sein de la société. En effet, les fumeurs et même les non-fumeurs en paient le prix. La cigarette figure parmi les causes directes ou indirectes de plusieurs pertes en vie humaine au Burkina, suite de maladies. C’est pourquoi, il y a toujours eu des sensibilisations à l’endroit des fumeurs afin de pousser chacun à l’abandon de ce produit dangereux qui détruit les poumons.

Le ministère burkinabè du Commerce a décidé avec l’appui des organisations contre le tabac, de changer l’emballage des paquets de cigarette afin d’inciter les fumeurs à abandonner la cigarette. Un nouvel emballage a donc été trouvé avec une image montrant un cancéreux aux lèvres où, il est écrit « fumer la cigarette cause le cancer de la bouche ». Une date limite de deux mois, est le délai donné aux différents grossistes pour écouler leurs anciens stocks et s’équiper des nouveaux. Après ces deux mois, l’association « ACONTA » promet des saisies de marchandises aux sociétés qui ne sont pas en règle.

A l’instar d’autres, La société de distribution de produits de grande consommation (SODICOM) a reçu ce matin la visite des organisateurs, accompagnés des Hommes de médias. Selon le directeur commercial de SODICOM, Patrice Zoungrana, « il y a eu d’abord des phases de sensibilisations et d’informations. Dès l’annonce de la mesure, j’ai décidé de me conformer. Ils nous avaient donné jusqu’au 30 juin pour écouler l’ancien stock sans marquage et dès le 1er juillet, il était interdit à tout importateur ou fabriquant de cigarette du Burkina, de commercialiser les produits sans marquages. Dès le 1er, on avait que des stocks à marquage pour nos clients. »

Si la société SODICOM est en règle, le constat est différent chez une autre société. En ce qui concerne la société SIRI produit et compagnie, l’observation faite est que ladite société n’est pas encore en règle. En effet, les cigarettes sont toujours avec leur ancien emballage. Pour dire qu’en fait, il n y a pas de changement. Aux questions des vérificateurs, Sama Tiomba le représentant  a tenu à ce que ça soit la patronne, elle-même, qui vienne répondre. Il s’agissait d’environ 131 cartons de cigarette de marque « ORIS » en fraise et chocolat.

« Aujourd’hui, nous sommes sortis pour une action de vérification. La règlementation sur le marquage sanitaire graphique a commencé à être mise en œuvre. Dans l’approvisionnement du marché, le maillon le plus important c’est celui des grossistes et des importateurs. Si à leur niveau la mesure est prise, c’est effectif que tout le monde va suivre », a laissé entendre Nakelssé Johnnie, Directeur général du contrôle économique et la répression des causes. « Nous avons remarqué que certains sont dans la dynamique et d’autres n’ont pas encore de stock. Mais nous avons donné un délai de deux mois et chaque semaine, nous allons suivre le niveau d’évolution jusqu’à la fin de ces deux mois », a-t-il expliqué.

« Nous avons fait le tour des entrepôts, le constat est réel. C’est un premier pas et c’est positif », a déclaré Salif Nikiéma, coordonnateur de l’association Afrique contre le tabac, et d’ajouter : « il faut qu’ils soient sérieux, il y aura des saisies au delà des deux mois ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *