Célébration “Journée Mondiale Rage 2019” : Campagne de vaccination gratuite au Burkina

 

Le ministère des ressources animales et halieutiques (MRAH) a organisé une conférence de presse sur la “Journée Mondiale Rage 2019” , ce vendredi à Ouagadougou. En effet, il s’est agi de porter à la connaissance de l’opinion publique qu’une campagne de vaccination gratuite contre la rage se déroulera durant une semaine dans la commune de Ouagadougou.

En collaboration avec le ministère de la Santé et celui de l’Environnement, le ministère des ressources animales et halieutiques a échangé avec les Hommes de Médias ce vendredi 27 septembre 2019, sur des activités qui seront menées à Ouagadougou pour lutter davantage contre la rage.

Le Burkina Faso commémore une fois de plus, la journée mondiale contre la rage, célébrée chaque année, le 28 septembre. Comme chaque année, la commémoration se fait dans un esprit de collaboration : “une seule santé” ou “One Health” avec l’implication des acteurs de santé humaine, animale et l’environnement. En effet, elle se tient dans un contexte caractérisé par la persistance de cette maladie très mortelle, aussi bien pour l’homme que pour les animaux. Il faut souligner que c’est une maladie 100% mortelle, une fois les symptômes déclarés.

Au cours de ce point de presse, il est ressorti que chaque année la rage tue près de 60 000 personnes, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), majoritairement des enfants dans les pays en développement. Les études montrent que 99% des cas humains de rage sont d’origine animale et les enfants sont les plus touchés car représentent près de 50% des cas chez l’homme.

Selon Dr Joseph Savadogo, Directeur général des services vétérinaires, l’élimination de cette maladie est plus que d’actualité et d’une importance capitale et la lutte contre elle passe nécessairement par une combinaison d’actions dont “la vaccination des animaux de compagne” notamment les chiens, chats et singes, “la vaccination préventive des personnes potentiellement exposées” , “la prise en charge des personnes mordues” , etc.

Nous retiendrons que la vaccination des animaux constitue la pierre angulaire dans cette lutte et cette année 2019, le thème retenu par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) est : ‘Rage: vacciner pour éliminer” , a-t-il fait savoir, tout en soulignant qu’au Burkina Faso, des activités seront menées avec des partenaires pour “sensibiliser la population pour une meilleure connaissance de la rage” , “inciter les propriétaires de chiens, chats et singes à vacciner régulièrement leurs animaux contre la rage” , “créer une occasion d’échanges scientifiques autour de la rage dans un esprit One Health” . Mais il faut noter qu’en plus de ces animaux ci-dessus cités, tous les animaux domestiques font la rage, donc peuvent transmettre cette maladie soit par morsure, griffure ou léchage.

Parmi les activités prévues, figure l’organisation des séances de vaccination gratuite des chiens, chats et singes dans la ville de Ouagadougou du 28 septembre au 05 octobre 2019. A cette occasion, il est nécessaire de porter l’information auprès des populations “pour qu’ensemble, nous puissions changer positivement nos habitudes en adoptant les comportements qui nous éloignent du risque” , a indiqué monsieur Savadogo.

Selon Dr Yaméogo Issaka, médecin épidémiologique et représentant du ministère de la Santé, le vaccin contre la rage est très efficace s’il est administré bien avant le début de la maladie, parce qu’ « une fois que la maladie est déclarée, ce n’est plus la peine. Il n’y a plus de traitement, donc c’est la mort ». Il est vrai que la rage est une maladie à 100% mortelle, mais elle est également à 100% évitable surtout.

En ce qui concerne la campagne de vaccination gratuite contre la rage durant une semaine dans la commune de Ouagadougou, il faut noter que ce sont les premiers 5000 animaux qui seront vaccinés gratuitement. Après cette date, la campagne se poursuit aussi bien dans les arrondissements de Ouagadougou que les autres communes de tout le Burkina Faso, “mais-là, ça va pas être gratuit” , précise le Directeur général des services vétérinaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *